Lettre ouverte de Monsanto

Pour information : une parodie de procès détourne l’attention de discussions essentielles sur les besoins en alimentation et en agriculture du monde entier, ainsi que la pleine mise en œuvre des droits de l’Homme.

Aux personnes intéressées par l’alimentation, l’environnement, la biodiversité, les droits de l’Homme et Monsanto,

Lorsqu’ils produisent notre alimentation, les agriculteurs doivent faire face à de sérieux défis, notamment celui d’une population mondiale en évolution constante. Chaque jour, nous cherchons à proposer à ces agriculteurs un large éventail de solutions. Celles-ci visent à améliorer leur production tout en continuant à préserver le sol, l’eau et les autres ressources naturelles ainsi qu’à améliorer l’accessibilité pour chacun à une ration alimentaire plus équilibrée.

Avec pour objectif de répondre d’une seule voix au nombre croissant de défis et de faire progresser notre engagement dans la mise en œuvre des droits de l’Homme, nous sommes favorables à un vrai débat constructif sur les différentes idées et perspectives concernant l’alimentation et l’agriculture. En plus d’être cruellement nécessaires, ces débats permettront de trouver des solutions durables pour affronter ces défis.

Dernièrement, certains membres d’organisations militantes ont lancé des débats visant à mettre en scène un « Tribunal Monsanto » dans une université locale de La Haye, aux Pays-Bas, à la mi-octobre 2016. Ses initiateurs affirment que cet événement – qui dévoilerait des abus commis contre la nature et l’humanité – viserait à faire participer et à éduquer la société. Mais cela n’a rien d’un vrai débat. Il s’agit en fait d’un événement orchestré, une parodie de procès où des dénigreurs de la technologie en agriculture et de Monsanto jouent à la fois l’organisateur, le juge et le jury, et où l’issue est connue d’avance.

Cette mise en scène est une mascarade organisée et soutenue par la Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique (International Foundation for Organic Agriculture, IFOAM) – une instance qui chapeaute les organisations d’agriculture bio et leurs associés tels que Navdanya et bien d’autres qui s’opposent fondamentalement à l’agriculture moderne. Nous ne prendrons pas part à ce procès.

Nous continuerons à nous investir et à répondre aux inquiétudes et aux questions de ceux qui portent un véritable intérêt dans ce que nous incarnons et ce que nous faisons. À ce propos, laissez-nous vous parler de transparence, de droits de l’Homme en matière d’alimentation, de santé et d’environnement sain, ainsi que de production alimentaire durable.

Nous nous sommes déjà engagés à prêter une oreille plus attentive, à réfléchir plus largement à nos actions et à leur impact et à mener des actions responsables. Nous nous rendons compte que chacun des acteurs, que ce soient les consommateurs, les agriculteurs, ou encore les secteurs agricoles et alimentaires, montre un intérêt dans la manière de cultiver et de produire des aliments. Nous nous efforçons d’avoir pour maître-mot la transparence dans ce que nous réalisons, transparence dans la science qui détermine nos recherches et nos innovations en matière de produit et les évaluations de sécurité de nos produits, qui sont d’ailleurs revus par des pairs le montrent.

Nous tenons également à défendre et à faire progresser les droits de l’Homme. La Politique des Droits de l’Homme de Monsanto, introduite il y plus de dix ans maintenant, a été rédigée sur la base de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et de la Déclaration de l’Organisation internationale du Travail relative aux principes et droits fondamentaux au travail.

Le cadre de référence « Protéger, respecter et réparer » issu des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme forme la base de nos efforts continus pour faire avancer les droits de l’Homme.

Nous sommes convaincus qu’une coexistence entre toutes les formes d’agriculture est possible, et que chaque agriculteur est libre de choisir sa méthode de production en fonction de ses propres objectifs, que ce soit par des méthodes conventionnelles, avec des semences génétiquement modifiées, par d’autres techniques modernes ou bien dans le respect des pratiques du bio.

Nous aidons les agriculteurs à s’adapter aux changements climatiques. Nos produits, ainsi que nos services, aident les agriculteurs à utiliser la science des données pour produire l’alimentation d’une manière plus durable et neutre en carbone. Plusieurs de nos engagements et de nos projets en cours visent à améliorer la santé des abeilles, à créer un écosystème plus sain pour les papillons monarques et à venir en aide aux communautés rurales pour préserver leur écosystème sylvicole, empêcher la déforestation illégale et protéger les espèces locales.

Nous mettons tous les efforts en œuvre pour nous assurer que nos technologies profitent aux agriculteurs, quelle que soit la taille de leur exploitation, petite ou grande. D’ailleurs, la plupart de nos clients sont des agriculteurs d’Asie et d’Afrique travaillant dans de petites exploitations.

Enfin, 60 % des semences semées sur terre proviennent de cultures non commerciales, c’est-à-dire des graines de ferme récoltées et resemées par l’agriculteur. Cette coexistence des méthodes traditionnelles de récolte des semences et de systèmes commerciaux  de distribution de semences fonctionne parfaitement partout dans le monde, ce qui permet aux agriculteurs d’opter pour ce qui leur convient personnellement le mieux.

Nous sommes réellement persuadés que ce genre de mise en scène où l’issue est connue d’avance n’est pas favorable à une discussion ouverte et approfondie. Pourtant, les droits de l’Homme et l’agriculture sont des thèmes qui méritent ce genre de dialogue afin de trouver de vraies solutions à la faim, à la sécurité alimentaire et au rôle des agriculteurs pour qu’ils puissent nourrir durablement notre monde en croissance. Malheureusement, il arrive que certaines personnes lisent ou entendent ce genre de mise en scène et ne se rendent pas compte qu’elles ne sont pas liées ni de près ni de loin à la véritable Cour de justice internationale ou encore à la Cour pénale internationale, situées à La Haye.

Nous mettons un point d’honneur à écouter et à engager un dialogue constructif. Lorsqu’il faut se pencher sur les inquiétudes ou chercher à comprendre réellement comment nous pouvons mieux partager ce que nous sommes et ce que nous faisons, nous ne nous dérobons pas. Et ce, que ce soit lors de conversations privées ou au sein d’une communauté, face à une large assemblée ou lors de forums avec plusieurs parties prenantes à travers le monde. En plus d’entretenir des partenariats avec de nombreuses communautés, nous sommes également à l’origine de nombreux dialogues organisés en ligne et partout dans le monde. Au cours des 20 derniers mois, nous avons récolté plus de 750 millions de réactions de personnes provenant du monde entier sur notre site internet, mais également sur les réseaux sociaux tels que YouTube, Facebook, Twitter et d’autres plateformes et ce, dans de nombreuses langues : anglais, mandarin, espagnol, portugais, français, japonais, coréen, vietnamien et indonésien (bahasa indonesia)

Nous sommes flattés de constater que nos efforts sont reconnus auprès de différentes communautés à travers le monde, mais nous sommes conscients qu’il reste un long chemin à parcourir. Nous comprenons que ces sujets soulèvent différents points de vue que les gens estiment important d’exprimer et de partager. En ce qui nous concerne, nous continuons à défendre notre politique des Droits de l’Homme, ainsi que nos pratiques, notre transparence, notre dialogue et nos partenariats. Nous invitons en outre quiconque désireux d’en savoir plus sur Monsanto à nous poser ses questions sur discover.monsanto.com.

Cordialement,

Au nom du Comité directeur pour les droits de l’Homme de Monsanto

Brian Lowry – Président, Comité directeur pour les droits de l’Homme, Co-Président, Bureau de la durabilité, Monsanto Company

Martha Burmaster  Directeur, Droits de l’Homme, Monsanto Company

Rosalina Syahriar – Directeur, Stratégie de la chaîne d’approvisionnement en semences potagères, Monsanto Company

Jorge Chepote  Directeur, Stratégie et Opérations de la chaîne d’approvisionnement en semences potagères, Monsanto Company

Articles Externes