Les micro-organismes, des solutions durables pour accompagner l’agriculture de demain

Selon la FAO, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, il faudra augmenter la production agricole de 70 % d’ici à 2050 pour pouvoir nourrir 9,1 milliards de personnes.

Le défi de l’agriculture de demain a donc plusieurs dimensions : il faut produire plus pour nourrir une population grandissante, tout en assurant pour chacun un régime alimentaire équilibré et en respectant davantage l’environnement.

En outre, 95% de notre alimentation provient des sols alors que seuls 12% de ceux-ci sont productifs et fertiles.[1] Il s’avère dès lors urgent de protéger les terres agraires.

C’est pourquoi les acteurs de l’agro-alimentaire comme Monsanto concentrent une grande part de leur budget aux programmes de recherche et développement afin de penser l’agriculture de demain.

500 x 500 micro organisme

[1] http://www.ademe.fr/expertises/produire-autrement/production-agricole

The BioAg Alliance, le développement de nouvelles solutions à base de micro-organismes afin de transformer l’agriculture

Les avancées scientifiques et l’émergence de nouveaux produits devraient augmenter significativement la demande en technologies microbiennes pour les 10 ans à venir. Ces technologies vertes permettent d’augmenter le rendement des cultures et de compléter ou de remplacer les produits chimiques et les engrais d’usage agricole.

C’est dans ce contexte que Monsanto et la société Novozymes se sont associés pour fournir des solutions durables dans le domaine bio-agricole et ont lancé un projet unique : The BioAg Alliance.

Les deux partenaires ont conjugué leurs expertises pour accélérer le développement de nouvelles solutions à base de micro-organismes pour la protection des plantes. Ils ambitionnent ainsi de transformer l’agriculture et de permettre aux agriculteurs du monde entier d’augmenter leurs rendements en utilisant moins d’intrants de synthèse.

L’augmentation de la population mondiale et les changements de régimes alimentaires nécessitent de produire plus sur des terres arables non extensibles tout en utilisant moins de ressources. Les micro-organismes présents dans la nature sont puissants et peuvent ainsi aider à atteindre cet objectif.

 

Qu’est-ce qu’un micro-organisme ?

Les micro-organismes sont des champignons, bactéries ou virus utilisés pour protéger les cultures contre les ravageurs et les maladies telluriques – c’est-à-dire des maladies dont l’agent vit dans le sol – ou aériennes ou stimuler la vitalité des plantes et leurs capacités à se défendre.[1]

Les produits de protection des plantes à base de micro-organismes doivent avoir une autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée par le Ministère de l’Agriculture selon la même procédure que les produits de synthèse. Cette obligation permet d’évaluer la sécurité d’utilisation des préparations pour l’homme, les animaux et l’environnement ainsi que son efficacité.

Les solutions de The BioAg Alliance sont ainsi dérivées de différents micro-organismes tels que des bactéries et des champignons. On retrouve environ 50 milliards de micro-organismes dans une seule cuillère à soupe de terre et les nouvelles méthodes de recherche – les nouvelles technologies de fermentation, le séquençage et l’analyse d’ADN – ont permis d’identifier les micro-organismes les plus utiles pour les agriculteurs.

Les meilleurs micro-organismes du programme de recherche 2015 ont permis d’augmenter les rendements de maïs de 6,4 à 8 quintaux à l’hectare et ceux de soja par 2 quintaux par hectare, à l’échelle mondiale.

Les avancées scientifiques et l’émergence de nouveaux produits devraient augmenter significativement la demande en technologies microbiennes pour les 10 ans à venir. Ces technologies vertes permettent d’augmenter le rendement des cultures et de compléter ou de remplacer les produits chimiques et les engrais d’usage agricole, pour permettre à l’agriculture de répondre aux grands défis qu’elle rencontre.

 

[1] http://www.ibmafrance.com/les-micro-organismes.html

Articles Externes