Garantir la sécurité alimentaire et rétablir la confiance

00234-Facebook-Nov14

Les scandales agro-alimentaires créent une relation de défiance vis-à-vis du secteur de l’agro-alimentaire, or les produits alimentaires n’ont jamais été aussi contrôlés et sûrs pour la santé humaine.

Aujourd’hui, la plupart des aliments consommés au quotidien, et qui proviennent du commerce, des restaurants ou encore du foyer, sont sûrs. Mais il n’y a pas si longtemps, le moment du repas pouvait se transformer en un jeu de roulette mortel. La récolte, la conservation, l’expédition et la préparation des aliments n’étaient pas réellement réglementées, les procédés et équipements de conservation et de transport étaient insuffisants ; les intoxications alimentaires et les décès étaient fréquents.

Alors que la bataille pour la sécurité alimentaire se poursuit, il est utile de revenir sur la distance que la société a parcourue au cours des 150 dernières années, en grande partie grâce à la science, à la technologie, aux analyses rigoureuses, à la surveillance sanitaire et aux réglementations.

Les questions de sécurité alimentaire occupent les esprits depuis des milliers d’années. En fait, les chercheurs de l’université du Maryland affirment que la typhoïde mortelle d’Alexandre le Grand, en 323 avant J.-C., était le premier cas connu d’une intoxication alimentaire. Plus récemment, de nombreux experts suggèrent que le procès des sorcières de Salem (Massachussetts) en 1962 a été précipité par la présence d’un champignon toxique dans les grains de seigle. Les symptômes qu’il a provoqués n’avaient jamais été observés auparavant par les colons, ce qui les a conduits à accuser les personnes infectées de pratiquer de la sorcellerie. De nos jours, le responsable de cette tragédie est bien connu : il s’agit de l’ergot du seigle, que les pratiques modernes éloignent de notre alimentation.

Au milieu du XXe siècle, les chercheurs ne disposaient pas encore des technologies permettant de détecter les organismes microscopiques responsables de maladies comme les virus et les bactéries, qui existent depuis toujours. Heureusement, ils ont révolutionné depuis 150 ans les méthodes permettant d’assurer que les aliments ne sont pas seulement sûrs, mais également plus durables.

Louis Pasteur invente une technique simple de sécurité alimentaire, à qui il a donné son nom, la pasteurisation. Ce processus utilise la chaleur pour détruire les organismes pathogènes du lait et des jus, afin de les rendre sûrs à la consommation. Depuis Pasteur, les moyens de conservation et les réglementations de contrôle n’ont fait que se perfectionner.

Aujourd’hui, à chacun ses préférences pour faire ses courses – grandes surfaces, commerçants de quartier, marché ou vente directe. Mais, en filigrane, c’est toujours la même demande : pouvoir acheter et manger en toute confiance. Une confiance que l’actualité récente a parfois mis à mal. Le paradoxe est de taille, puisque jamais l’alimentation n’a été aussi sûre, ni aussi contrôlée à chacun des stades de fabrication.

Les consommateurs réclament ainsi plus de traçabilité, de sécurité ou d’étiquetage au risque parfois d’avoir trop d’information ! Répondre à cette demande, c’est améliorer les process et les contrôles à tous les niveaux de la chaîne alimentaire.

L’alimentation à la française reste l’une des meilleures au monde en termes de qualité des produits comme de qualité sanitaire. La traçabilité exemplaire du bœuf français par exemple, est une conséquence de la crise de la vache folle des années 90, tout comme la création d’une agence de sécurité sanitaire indépendante.

En outre, chaque année, la Direction générale de l’alimentation rattachée au Ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, met en œuvre des contrôles et surveillances spécifiques en vue de la détection de symptômes ainsi que des prélèvements d’échantillons en vue de la réalisation d’analyses de laboratoire permettant une évaluation de la contamination par des agents chimiques ou biologiques des denrées d’origine animale et végétale.

Maintenant plus que jamais, les agriculteurs, les agronomes et fabricants du monde entier se consacrent à mettre en oeuvre les moyens d’une alimentation encore plus saine et sûre… Tout en sachant qu’il faut en produire plus et de manière durable, dans un monde en croissance.

Articles Externes