Comment la reine de l’apéritif est-elle arrivée sur nos assiettes ?

tomate

Rouge, noire, jaune ou encore orange, cocktail, cœur de pigeon ou grappe, la tomate cerise est de tous les pique-niques et apéritifs. Sucrée, acidulée et délicatement parfumée, elle séduit nos sens visuels, gustatifs et olfactifs. Cependant, alors qu’on ne la trouvait que très rarement chez nos primeurs, savez-vous comment la reine de l’été a débarqué sur nos tables ?

L’histoire de la tomate cerise remonte seulement à la fin du XXe siècle. Elle n’a émergé sur le marché français qu’à partir des années 90. Elle est le résultat de l’hybridation de différentes variétés de tomates. Mathilde Causse, Directrice de recherche de l’Unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes de l’INRA, explique dans le HuffingtonPost que : « Au départ, la tomate avait la taille d’une groseille. Au cours de sa domestication, le fruit a évolué grâce à des sélections et des mutations génétiques. Les tomates sont ainsi devenues de plus en plus grosses. La tomate cerise d’aujourd’hui est un hybride entre des variétés grosses et petites. »

Toutefois, pendant des dizaines d’années, le produit n’a pas été développé du fait de sa fragilité et de son manque de goût. Une équipe de chercheurs de la faculté d’agriculture de Rehovot en Israël, menée par Nachum Kedar et Haim Rabinovitch – à la demande de distributeurs –  a travaillé à améliorer les qualités gustatives et la robustesse de ces tomates pour qu’elles puissent être commercialisées.

Ce n’est qu’en 1996 que la petite tomate fait son apparition sur les étals de marché. Elle n’est alors qu’un produit de niche. Il faudra attendre le début des années 2000 pour que la tomate cerise connaisse la popularité qu’elle a aujourd’hui.

Cette arrivée a permis de segmenter l’offre sur le marché de la tomate et de regagner le cœur des consommateurs. En effet, présente toute l’année, la tomate avait tendance à être délaissée par les gourmands que nous sommes. L’arrivée de ces nouvelles formes de tomates a permis de modifier l’image de ce produit banalisé en lui trouvant de nouvelles utilités et de nouvelles manières d’être consommé.

Aujourd’hui, ce sont les qualités gustatives et les garanties nutritionnelles qui sont au centre de l’attention des consommateurs et donc de la recherche.

Reste qu’il existe aujourd’hui une trentaine de variétés de tomates cerises qui ravissent nos papilles et dynamisent nos apéritifs et pique-niques !

Articles Externes