Agriculture de demain : l’innovation au service de l’agriculteur Homo Numericus

Pour répondre aux grands enjeux de la planète, l’agriculture de demain (et déjà d’aujourd’hui) sera 2.0, durable et technologique ou elle ne sera pas. Big data, nouvelles technologies, pratiques durables, transition numérique, agro-écologie sont autant de notions qui s’appliquent au cœur des exploitations agricoles.

De nombreux acteurs émergent sur ces sujets pour proposer toujours plus de solutions aux agriculteurs, qui sont des chefs d’entreprise et qui en tant que tels, doivent appliquer les grandes évolutions du siècle à leur métier pour pérenniser leur ferme, se moderniser et évoluer positivement. Qu’elle prenne la forme de nouvelles technologies avec les outils d’aide à la décision (OAD), de bio-contrôle, de drones, l’innovation a un objectif principal : utiliser au mieux les ressources qui diminuent pour nourrir une population en croissance.

Innovation Agriculture

Les OAD : optimiser les pratiques agricoles

La diminution des surfaces agricoles et le besoin de nourrir une population en croissance tout en respectant l’environnement nécessite la mise en place d’une agriculture de plus en plus précise. Ainsi, les professionnels du secteur ont travaillé  à la mise au point d’outils visant à assister l’agriculteur dans l’ensemble des décisions qu’il doit prendre au quotidien en se servant de l’ensemble des données scientifiques mises à disposition.

Par exemple, grâce à une analyse de données précise (données météorologique, relevé des températures, analyse du sol) les entreprises agricoles peuvent désormais aider les agriculteurs à choisir le bon moment pour semer en fonction des spécificités de leurs parcelles et des données météorologique ; la quantité d’eau nécessaire pour irriguer, etc.

Des applications spécifiques comme DKPrévi  en sont une bonne illustration. Ces outils donnent au quotidien un état des lieux météorologique local et des conseils pratiques associés pour l’agriculteur.

dkprévi

Ces outils d’aide à la décision sont issus de recherches poussées, demandant des expertises nouvelles. Par exemple, en 2013, Monsanto a acquis la société The Climate Corporation afin de combiner son expertise en analyse agricole et gestion des risques avec les capacités de R & D de Monsanto pour donner aux agriculteurs l’accès à plus d’informations sur les nombreux facteurs responsables de la réussite de leurs cultures.

Disponibles sur écrans (smartphones, tablettes, ordinateurs) ces informations constituent un véritable puits de savoir pour l’agriculteur afin de gérer son activité de manière précise et efficace.

Le biocontrôle : renforcer l’agriculture durable.

Si innover en matière agricole signifie prendre le virage numérique, cela signifie également faire évoluer ses pratiques, envisager de nouvelles solutions et développer des outils complémentaires pour la protection des plantes notamment.

puits

Ainsi, depuis plusieurs années, Monsanto dans le cadre de The Biog Alliance développe la pratique du biocontrôle, une technique visant à utiliser des technologies microbiennes – des dérivées de différents micro-organismes tels que des bactéries et des champignons – pour compléter le panel d’outil dont dispose l’agriculteur pour protéger ses cultures.

Les travaux scientifiques menés par l’ensemble des entreprises du monde agricole permettent de mieux comprendre le rôle des micro-organismes et le fonctionnement du sol pour pouvoir développer de nouvelles pratiques – complémentaires à une approche systémique – qui répondent aux objectifs d’une agriculture durable.

Utilisées par l’agriculteur, ces pratiques innovantes permettent à la fois à l’agriculteur de gagner en productivité et d’agir pour une agriculture plus durable, bénéfique au consommateur.

 

Articles Externes